Article

En route pour la LEAN METROLOGIE

Nombreux sont les industriels qui, depuis quelques temps, s’intéressent au LEAN MANAGEMENT, voire au LEAN SIX SIGMA. Il suffit de taper LEAN SIX SIGMA ou LEAN MANAGEMENT sur Google pour trouver de nombreuses informations sur ces stratégies de management, que ce soit des Process en particulier ou de l’Entreprise en général.

Les valeurs fondamentales de cette approche peuvent se résumer en quatre points :

Créer de la valeur pour le Client et donc, en corolaire, ne pas uniquement se faire plaisir !

N’accepter que le « Juste Nécessaire », et donc, en corolaire, il faut traquer/chasser toutes les actions inutiles !

Se remettre en cause en permanence, ce qui signifie qu’il faut accepter d’avoir fait fausse route et, par conséquent, savoir changer de stratégie,

Favoriser l’émergence d’une « intelligence collective », ce qui signifie qu’il faut savoir partager et échanger pour se nourrir des idées des autres, voire pour les aider à corriger leurs erreurs.

Pour ma part, je retrouve dans ces quatre idées tout ce qui me meut dans le monde de la Métrologie depuis maintenant plus de 20 ans. J’ai été assez vite convaincu, alors que je pratiquais les étalonnages tous les jours, qu’ils n’apportaient pas beaucoup de valeurs à mes clients (hormis le papier à présenter à l’auditeur) car les instruments sont rarement, très rarement, les causes principales d’incertitude.

De plus, « étalonner » arbitrairement ressemble à tout sauf à du « juste nécessaire« . Pendant dix ans, dans le même laboratoire, j’ai vu revenir les même instruments qui n’avaient pas bougé. Tous ces étalonnages sont donc inutiles car ils n’ont rien changé à la réalité desdits instruments. Néanmoins, on peut aujourd’hui exploiter, et c’est une chance, les résultats obtenus pour se faire un avis sur leur « devenir », c’est à dire tenter d’optimiser leurs périodicités. Le fascicule FD X 07-014 est là pour ça ! Sans ces études rétro-actives, tous ces étalonnages sont perdus, purement et simplement…

La remise en cause, pilier du LEAN MANAGEMENT, est probablement l’une des étapes les plus difficiles. Accepter que la périodicité ne soit pas un an (qui n’est que le temps que la terre met à faire le tour du soleil et qui, de ce fait, n’a pas grand chose à voir avec l’usure des instruments…), que les EMT (Erreurs Maximales Tolérées) des normes ne veulent rien dire, en tout cas pas dans chaque cas individuel d’entreprises, qu’un instrument « Conforme » ne permet pas de réaliser des mesures « justes », que la « capabilité » doit tenir compte du Process et que seuls les risques Client et Fournisseur sont importants, voilà un programme souvent difficile à avaler. Revenir sur des convictions, souvent acquises inconsciemment, est une longue et rude épreuve pour les humains, dans le domaine de la Métrologie comme dans tous les autres…

Quant à la promotion de « l’intelligence collective », elle est le seul chemin possible. En effet, nous ne pouvons pas vivre toutes les expériences en une vie et il faut donc s’intéresser à ce que les autres font, à ce que les autres pensent. Ce type de partage est classique dans les associations (CFM) ou, par exemple, dans la normalisation (AFNOR) et pour ma part, j’y crois tellement fort que je suis inscrit et impliqué dans bon nombre de groupes de réflexion.

Comme je l’ai annoncé ici, j’ai créé un groupe sur VIADEO (suivre ce lien) en début de semaine. Les discussions ont déjà commencé sur les périodicités et sur les surveillances. L’objectif est d’ouvrir tous les sujets : EMT, Capabilité, Etude R&R, SPC, …) afin de confronter les avis/pratiques de chacun et, pourquoi pas, arriver à un consensus qui permettrait, sujet par sujet, de proposer une stratégie nouvelle de la gestion de la fonction Métrologie de l’Entreprise.

Fort de ce qui est écrit ci-dessus, cette stratégie pourrait être « LA LEAN METROLOGIE », le « Management Efficient de la Métrologie ».

Si vous avez un compte VIADEO, venez rejoindre le groupe !

Bon WE.

theme by teslathemes