Article

La nouvelle norme ISO 9001 dessine (enfin) un avenir très différent pour la Métrologie

Malgré « l’approche processus » dans laquelle l’ISO 9001 de 2008 a orienté les entreprises certifiées, la Métrologie n’a pas vraiment évolué. L’audit se focalise encore principalement sur le raccordement (étalonnage en général) des instruments de mesure et le respect de périodicités le plus souvent arbitrairement fixées. Tout se passe comme si rien ne s’était passé depuis 1985, date de la première version de cette norme ! Copiée sur le modèle de la Métrologie Légale qui vise à garantir la loyauté des échanges commerciaux, l’organisation de la Métrologie Industrielle ne semble pas tenir compte, jusqu’à aujourd’hui, de son rôle pourtant essentiel : garantir la fonctionnalité / conformité. Tout se passe comme si l’acte d’étalonnage (comparaison aux étalons) et la sanction de la vérification (conforme) qui le suit faisaient que les mesures devenaient, comme par magie, justes. Or, aucune mesure ne peut être juste, pour mille raisons, et il est grand temps que cette question de la qualité des mesures soit enfin au centre des discussions industrielles. En mettant en avant les nouveaux concepts de risques, opportunités et de « prise de décision fondée sur des preuves », cette évolution de la norme ouvre enfin les portes à une métrologie différente, orientée « résultats ».
En effet, la norme définit clairement des concepts nouveaux que l’entreprise va devoir considérer :

Risque (3.09) : Effet de l’incertitude sur un résultat escompté.
Données (3.49) : Faits concernant un objet
Information (3.50) : Données signifiantes
Preuves tangibles (3.51) : Données démontrant l’existence ou la véracité de quelque chose.
Note 1 à l’article : Les preuves tangibles sont obtenues par observation, mesure, essai ou un autre moyen…

Le mot opportunité, quant à lui, n’est pas défini dans le projet mais il est utilisé à maintes reprises dans le texte. L’opportunité est présentée, pour simplifier, comme l’occasion d’améliorer les performances de l’entreprise. Même si l’expression « incertitude de mesure » n’est pas utilisée directement, il va de soi, pour le métrologue, qu’elle fait partie intégrante de la donnée, de la preuve tangible et qu’elle fait courir un risque dans la décision qui sera prise sur la base d’une mesure. Et l’entreprise prend énormément de décisions importantes, chaque jour, sur la base de valeur mesurée (données). Il conviendra donc à l’avenir de faire en sorte de connaitre la qualité de la donnée (incertitude de mesure) pour maitriser le risque dans la décision qui en découlera… Pris sous cet angle, la Métrologie (« science des mesures » et non pas uniquement « science des instruments de mesure ») n’est pas simplement un petit processus support, mais un processus fondamental à part entière de l’organisation industrielle. Sans mesure, pas de décision et pas d’indicateur. Sans qualité de la mesure, pas de pertinence quant aux décisions prises et aux informations disponibles ! Sur la base du schéma d’un processus proposé par le projet de norme, il est possible de proposer un schéma exhaustif pour le processus de mesure :

Schema processus mesure

L’incertitude de mesure peut faire naitre des risques (mais pas toujours, nous y reviendrons !). Elle peut aussi faire naitre des opportunités. Dans ce sens, le métrologue devient un acteur de l’amélioration de son organisme, amélioration qui est au centre de la nouvelle norme. En effet, nous pouvons encore aujourd’hui très souvent observer que les mesures sont considérées comme étant parfaitement justes dans l’entreprise. J’ai proposé une explication à ce phénomène. Comme il n’en est rien en réalité, on peut quasiment affirmer que les exigences actuelles ne sont pas la juste expression du besoin réel. En maitrisant mieux ses mesures, ses décisions, l’entreprise pourra probablement élargir les spécifications qu’elle subit et, ainsi, améliorer sa performance. Voilà un exemple d’opportunité envisageable pour la Métrologie !
Pour finir, seul le paragraphe 7.1.5 du projet évoque « l’étalonnage », dans des conditions très précises : Capture d’écran 2014-06-23 à 10.01.23 À mon sens, il s’est glissé une petite anomalie dans la traduction et je ferai une remarque sur ce point. Le mot « valid » de la version anglaise a été traduit par « valable », qui ne veut rien dire en français. À mon sens, il convient de lire « valide »… Je vois dans ce paragraphe une approche beaucoup plus pertinente de la nécessité de maitrise des mesures. L’étalonnage systématique n’est plus de mise, probablement après 25 ans de pratiques non concluantes. Cette nouvelle version de l’ISO 9001, qui entrainera probablement les autres normes « Qualité », est clairement orientée « Excellence Opérationnelle » (comprendre « Lean Management » !). Elle ouvrira la porte, et je m’en réjouis, à la « Lean Métrologie » que j’appelle de mes vœux depuis longtemps…

Les commentaires sont fermés.

theme by teslathemes