Article

Qualité : Le sujet s’installe au sommet de l’Etat…

La Cour des Comptes a remis un rapport (référé 66123-1) qui fait état de la politique publique en matière de Qualité Industrielle. Si la presse économique a repris essentiellement les mêmes passages (Voir les liens en note, ci-dessous), j’ai surtout, quant à moi, relevé ce passage :

La cour évoque le Plan Qualité et Performance 2010 qui prévoyait que la qualité ne se limite pas à la seule obtention d’un diplôme mais qu’elle serve concrètement à la performance de l’entreprise. Vous noterez que cette dimension « performance » s’appuie sur la stratégie « Lean Management », qui est implicitement évoqué plus haut dans le rapport, quand la Cour prend l’exemple du Japon dans les pays qui ont su utiliser la qualité dans cet objectif.

Le rapport cite également l’aspect « formation » qui m’est cher :

Il est ici fait mention de l‘Excellence Opérationnelle (EO) sur laquelle je reviendrai plus bas.

Vous pourrez lire les préconisations de la Cour des Comptes en pages 5 et 6 du rapport mais je tiens à mettre en avant la 4ème d’entre-elles :

Le 2 Août 2013 (bizarrerie sur la date, le référée étant publié officiellement le 27/08), le Ministre Montebourg a répondu dans un long courrier. Vous trouverez ci-dessous les extraits de cette réponse que je juge importants ::

On pourra noter la mention explicite à la « performance des modes d’organisation », le « développement d’une culture d’amélioration continue » et le soutien annoncé à ceux qui mettrons en œuvre « l’organisation et le management les plus efficaces, issus des démarches qualité ». Sachant que l’ISO 9001 règne en maitre depuis plus de 20 ans, le questionnement actuel souligne, me semble-t-il, les doutes quant à la pertinence des actions menées encore aujourd’hui.

L’attaque contre la situation actuelle, de la part du Ministre, est encore plus claire dans le passage ci-dessous :

Le Ministre Montebourg dénonce la « qualité procédurière » contre laquelle il convient de lutter. Il précise que l’ISO 9001 n’est pas une fin en soi et que les salariés doivent s’approprier les démarches qualité (allusion à peine voilée aux principes du Lean Management).

Dans le passage suivant, le Ministre fait référence au Plan Qualité Performance 2010, lancé en 2008, qui prévoyait de privilégier l’Excellence Opérationnelle versus la simple qualité ISO 9001. Il évoque la rénovation du discours Qualité :

Dans le passage suivant, le Ministre évoque à nouveau l’Excellence Opérationnelle et les réussites associées. Il prévoit de continuer à soutenir des actions allant dans ce sens :

Il évoque également la problématique de la formation :

En écrivant cette réponse en Août 2013, on peut s’étonner que la prise en compte d’une qualité opérationnelle ne soit pas encore tout à fait au programme. Plus de 20 ans d’ISO 9001 n’auraient-ils pas permis de prendre la mesure de ce besoin?

Luc Chatel, à l’époque où il était le secrétaire d’état en charge de l’industrie, s’était également clairement prononcé pour la Qualité Opérationnelle. Il évoquait alors explicitement le « Lean Management » :

Fort de toutes ces discussions, il convient de revenir et de préciser ce qu’est cette fameuse Excellence Opérationnelle (EO). En 2009, l’Etat a confié à M. Alain Dorison, Directeur de l’Ecole des Mines d’Alès, de réfléchir au concept d’Excellence Opérationnelle. Il a remis un rapport au Ministre en Charge de l’Industrie dans lequel de nombreuses informations importantes sont données.

On peut notamment trouver une tentative de définition de « l’Excellence Opérationnelle » :

Projet de définition de l'excellence opérationnelle

Les spécialistes du « Lean Management » trouvent dans cette définition l’ensemble des principes qui régissent la philosophie « Lean ». On trouve d’ailleurs un peu plus loin dans le rapport une référence explicite au « Lean Management » :

Excellence opérationnelle = Lean

Le rapport Dorison avait pour objectif de réfléchir à la formation des ingénieurs au concept d’Excellence  Opérationnelle :

Il préconise un syllabus pour les programmes de formation. Ainsi, le contenu d’une formation en Excellence Opérationnelle pourrait suivre le plan sous ce lien.

Toutes ces informations, les premières étant de toute première fraîcheur, semblent montrer que la Qualité est en voie de subir une véritable mutation. Sous l’œil exigeant des plus hautes autorités, la Qualité dite « Normative » semble devoir dépasser ses limites pour faire émerger une « Qualité Opérationnelle ». Cette « mutation » pourrait, dixit les plus hautes instances de l’Etat, relancer la compétitivité des entreprises françaises...

La Métrologie ne peut pas rester à l’écart de cette évolution positive. Elle aussi a subi l’esprit normatif de sa grande sœur « Qualité ». Elle doit maintenant prendre le virage, voire devancer cette dernière dans le chemin qu’elle va (doit ?) prendre. La métrologie telle que nous la connaissons, trop orientée « procédures et normes », va inexorablement évoluer vers une métrologie opérationnelle qui s’investit dans le système décisionnel de l’entreprise. La métrologie ne doit pas se limiter à valider les instruments de mesure, elle doit garantir la qualité des mesures, c’est très très différent, et tellement plus passionnant !

Tout comme la Qualité Opérationnelle est clairement inspirée par le Lean Management, la Métrologie Opérationnelle doit trouver son chemin et travailler sur de nouveaux principes. Et puisqu’on ne change pas « une équipe qui gagne », je propose que les métrologues construisent ensemble une nouvelle métrologie : « la Lean Métrologie »

Note : Lisez, dans la presse économique, les principaux points retenus par les journalistes : ChallengesBFM TVLes EchosLSAl’Usine NouvelleL’Expansion

theme by teslathemes